NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Articles

UNE DÉCENNIE SANS MERCI
Une décennie sans merci
 

UNE DÉCENNIE; DEUX PUISSANCES; HUIT COUPES STANLEY. DANS LES ANNÉES 1960, LA LNH A...

MONTRÉAL | 8 janvier 2009
Une décennie sans merci
D’un côté, Henri Richard, Jean Béliveau et Yvan Cournoyer et de l’autre, Dave Keon, Frank Mahovlich et Johnny Bower. De 1961 à 1970, les Canadiens et les Maple Leafs se sont partagé huit des dix coupes Stanley et mis la table pour l’une des plus intenses rivalités de la LNH.

Tout a commencé en 1962. Après avoir vu les joueurs des Canadiens soulever le précieux trophée devant leurs yeux deux ans plus tôt, les Mape Leafs de Punch Imlach ont amorcé la plus brillante épopée de l’histoire de la franchise. En s’adjugeant la coupe face aux Blackhawks de Chicago, les Leafs mettaient du même coup fin à une disette de onze ans sans championnat.

Déterminés à mettre un terme à la domination bleu-blanc-rouge, les hommes en bleu et blanc ne se sont pas arrêtés là.

Mené par Dave Keon (56 et 60 points) et Frank Mahovlich (73 et 55 points), Toronto a signé deux autres championnats en 1963 et en 1964, à chaque fois aux mains des Red Wings de Détroit.

Les Leafs ont toutefois dû ronger leur frein encore quelques saisons avant de remporter la coupe aux dépens de leurs rivaux de Montréal.

Ce sont en effet les Canadiens qui ont repris le haut du pavé en 1965 et 1966. Les gardiens Gump Worsley et Charlie Hodge se partageant la tâche, le Tricolore a fait rager les Leafs en leur montrant à chaque fois la sortie en séries avant de soulever la coupe deux semaines plus tard.

C’est finalement en 1967 que les fans des Leafs ont pu savourer une douce revanche.

Après une saison sans éclat qui n’annonçait rien de bon en séries, Toronto a éliminé, à la surprise générale, les Blackhawks de Bobby Hull et Stan Mikita, champions de la saison régulière. De leur côté, les Canadiens, troisième au classement général, ont balayé les Rangers pour rejoindre leurs ennemis torontois en finale.

Les deux équipes ont d’abord chacune remporté deux rencontres pour amener la série à égalité 2 à 2. Les Leafs, grâce au brio du gardien Terry Sawchuk et de l’attaquant Jim Pappin, ont pris une option sur la série en surprenant les Canadiens au Forum dans le cinquième match. Le Tricolore n’avait subi que neuf défaites à domicile en saison régulière.

Toronto a soulevé sa 13e et dernière coupe Stanley à ce jour au Gardens deux jours plus tard en signant un gain de 3 à 1.

En plus de marquer les esprits, cette décennie mémorable a donné à la rivalité Montréal-Toronto une saveur toute particulière.

Encore aujourd’hui, au Centre Bell comme au Centre Air Canada, les partisans rappellent que bien qu’il ne s’agisse que d’un sport, les affrontements Canadiens-Maple Leafs, c’est du sérieux.