NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Articles

Y A-T-IL UN MÉDECIN DANS LA SALLE?
Y a-t-il un médecin dans la salle?
 
MONTRÉAL | 9 décembre 2009
Y a-t-il un médecin dans la salle?
Peut-être ne soulèvent-ils jamais la coupe Stanley à bout de bras au centre de la patinoire, mais les médecins sportifs peuvent sans contredit se considérer comme des champions, au même titre que les joueurs qu’ils soignent. À preuve, un épisode survenu au printemps de 1973.

Ken Dryden avait besoin d’aide, lui qui souffrait de terribles indigestions pré-rencontre et qui avait l’habitude de vomir avant chaque partie. C’est à ce moment que sont entrés en scène les médecins des Canadiens, David Mulder et Douglas Kinnear, déterminés à mettre un terme à ce rituel incommodant du jeune gardien étoile.

La solution: une potion médicale commandée par le Dr Kinnear, que Dryden devait boire avant chaque partie. Le liquide verdâtre était remis religieusement au légendaire soigneur Eddy Palchak, qui avait la responsabilité de donner l’élixir à Dryden les soirs de match.

« Il s’agissait essentiellement d’un antiacide », se souvient Mulder. « Le docteur Kinnear le faisait préparer par notre pharmacien Frank Zahalan. Ken prenait deux cuillères à table avant chaque match et les vomissements ont cessé. »

Problème résolu, vrai ? Pas exactement. Un jour, à Chicago, Palchak a accidentellement échappé et fracassé la précieuse bouteille contenant la potion de Dryden. Face à la possibilité de devoir affronter les Blackhawks avec un gardien qui ne serait pas au sommet de sa forme, le directeur général Sam Pollock s’est mis en mode « urgence ».

« Le docteur Kinnear était à l’extérieur et Sam m’a appelé et m’a dit que je devais faire quelque chose. Le problème, c’est que j’étais toujours à Montréal et je ne connaissais pas la recette », se remémore Mulder, à propos de sa mission spéciale dictée par le réputé DG du Tricolore. « Sam m’a dit de faire ce que j’avais à faire afin que la potion parvienne à Eddy à Chicago. Il ne voulait pas savoir comment j’allais procéder, mais il fallait que ça se fasse. »

Mulder a retracé Zahalan, lui a fait préparer le remède, puis a envoyé la potion à Chicago par le moyen le plus rapide possible.

« Sam a contacté une personne importante chez Air Canada et nous avons été en mesure de remettre une bouteille contenant la médication de Ken à un pilote qui s’apprêtait à quitter pour Chicago », explique Mulder. « Heureusement, la bouteille est arrivée à temps pour le match et Ken a été correct. »

Les Canadiens l’ont emporté ce soir-là et ont poursuivi leur marche victorieuse vers une 18e conquête de la coupe Stanley. Les anciens joueurs du Tricolore insistent toujours sur le fait que le travail d’équipe était un élément clé de leurs succès à l’époque. De toute évidence, ils ne blaguent pas.

Voir aussi
Un accueil blanc
Les ordres du patron
Tourtereaux à la mélasse
Le fabuleux destin de Gordie