NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Articles

MISE EN ÉCHEC ILLÉGALE
Mise en échec illégale
 
MONTRÉAL | 12 mai 2014
Mise en échec illégale
Le premier match d’un joueur dans la LNH est un souvenir qui restera pour toujours gravé dans sa mémoire. Tel est le cas pour Craig Ludwig, qui n’oubliera pas de sitôt le trajet qu’il a emprunté pour se rendre à cette dite partie.

La possibilité d’évoluer aux côtés des Guy Lafleur, Larry Robinson et Bob Gainey est déjà assez intimidante en soit. Imaginez lorsque cette situation se produit lors de votre première présence dans l’uniforme du Tricolore. Ludwig avait déjà assez d’idées en tête alors qu’il était en chemin pour disputer cette fameuse rencontre, en septembre 1982.

« Je participais à mon premier camp d’entraînement avec les Canadiens et j’étais plutôt nerveux », se rappelle Ludwig. « Alors que je me dirigeais vers le Forum pour disputer mon premier match préparatoire, j’ai été impliqué dans un accident de la route à un coin de rue de l’amphithéâtre.

L’autre voiture a brûlé un feu rouge et j’ai été propulsé à l’extérieur de mon véhicule suite à l’impact. Après être passé au travers de la fenêtre, je me suis retrouvé au beau milieu de la route. »

Arrivés quelques instants plus tard, les ambulanciers ont retrouvé le défenseur de 21 ans dans son habit couvert de verre et de sang.

Reconnu pour bloquer des lancers sur la patinoire, quelques égratignures n’allaient pas empêcher Ludwig de rejoindre ses coéquipiers. Bien que les secouristes aient voulu l’emmener à l’hôpital, la jeune recrue voyait les choses différemment.

« À mon arrivée au Forum, j’ai croisé Gaétan Lefebvre (qui était le thérapeute sportif de l’équipe à l’époque) », raconte Ludwig qui amorçait cette année-là un séjour de huit saisons à Montréal. « Lorsqu’il m’a vu couvert de sang, il m’a lancé: ‘Mais qu’est-ce qui t’es arrivé ?’. Après lui avoir expliqué ce qui s’était passé, nous nous sommes rapidement dirigés vers le vestiaire. »

Lorsqu’il a finalement fait son entrée dans le vestiaire, il était presque 18 h, et le match devait s’amorcer vers 19 h. Voulant éviter qu’on remarque son retard, Ludwig s’est empressé d’enfiler son uniforme pour éviter les regards. Malheureusement pour lui, quelqu’un d’autre marchait dans les corridors au même moment.

« Bob Berry, qui était l’entraîneur-chef des Canadiens à ma saison recrue, a commencé à regarder sa montre lorsqu’il m’a aperçu » se souvient en riant Ludwig. « C’est à ce moment qu’il m’a simplement dit : ’Tu devrais te dépêcher, la séance d’échauffement va débuter’. C’est à cet instant que j’ai réalisé que j’étais maintenant dans la LNH ! »