NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Articles

METTRE SON GRAIN DE SEL
Mettre son grain de sel
 
MONTRÉAL | 14 avril 2014
Mettre son grain de sel
La chasse. Une activité parfaite pour être en communion avec la nature, pour relaxer, pour retrouver ses racines. C’est du moins ce que croyait Claude Larose lorsqu’il a accepté l’invitation de Jacques Laperrière et de quelques autres joueurs des Canadiens à une partie de chasse aux faisans dans les années 1960. Ce qu’il était loin de se douter, c’est que ce serait plutôt lui, le dindon de la farce.

En préparation pour leur voyage, Larose demande à Laperrière, chasseur invétéré, de lui fournir des munitions. Arrivés à destination et déterminés à ramener quelques oiseaux à la maison, les joueurs se mettent à l’affût. Tous les joueurs réussissent sans problème à capturer des oiseaux. Tous, sauf un.

« Chaque fois que Larose tirait un faisan, le volatile poursuivait allègrement son vol. Il commençait à croire que son fusil ne valait rien », se souvient Laperrière, qui a alors offert à Larose d’essayer son arme, histoire de dissiper les doutes.

Bang ! Bang ! Deux tirs, deux touches, deux oiseaux. C’est un Claude Larose extrêmement perplexe qui rentre au camp bredouille pour le souper.

Alors que tous les autres joueurs se paient littéralement un festin de faisans, lui broie plutôt du noir en essayant de comprendre ce qui avait bien pu se passer.

« Des coéquipiers tentaient de le réconforter en lui promettant de l’accompagner une prochaine fois à la chasse… à l’éléphant », se souvient Laperrière, sourire en coin.

De son côté, le défenseur des Canadiens compatit entièrement avec la situation de son coéquipier, surtout qu’il a sa petite idée sur la raison pour laquelle Larose n’a pas réussi à abattre quoi que ce soit cette journée-là.

« Pour lui jouer un tour, j’avais fabriqué des cartouches remplies, non pas de plomb, mais de …sel de table », explique le défenseur qui n’en était visiblement pas à son premier mauvais coup. « Larose a fini par retrouver le sourire… quand je lui ai proposé d’utiliser ses cartouches pour assaisonner le repas ! »

***
VOIR AUSSI
Une surprise de taille
Le veston chanceux
Frapper un mur
En perdre son casque
Parti en 60 secondes
Le pouvoir des fleurs
Par la grande porte