NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Articles

QUE SONT-ILS DEVENUS? RYAN WALTER
Que sont-ils devenus? Ryan Walter
 
MONTRÉAL | 4 octobre 2012
Que sont-ils devenus? Ryan Walter
Les Canadiens n’ont pu accumuler 100 ans d’histoire sans que plus de 750 joueurs se donnent corps et âme à l’équipe. De Donald Audette à Zarley Zalapski, d’anciens joueurs du Tricolore sont éparpillés aux quatre coins de la planète. Bien que plusieurs ardents partisans puissent se rappeler ce que leurs anciens favoris ont accompli sur la glace, une question demeure : que sont-ils devenus? L’invité d’aujourd'hui : Ryan Walter.

Où demeures-tu aujourd’hui ?
Ma femme et moi habitons à Langley en Colombie-Britannique depuis environ 13 ans. Lorsque j’ai quitté les Canadiens en 1991 pour me joindre aux Canucks de Vancouver, nous avions emménagé à White Rock avant de nous installer à Langley.

Que fais-tu maintenant ?
Depuis août 2011, je suis le président du Heat d’Abbotsford dans la Ligue américaine. Je donne aussi plusieurs conférences de leadership et de performance auprès d’équipes pour les aider à se regrouper dans les moments difficiles. Je ne sais pas comment j’ai commencé à m’intéresser à ça, mais je suis un gars curieux. Lorsque j’étais le capitaine des Capitals de Washington ou assistant capitaine avec les Canadiens, j’étais très intéressé sur ce qui fonctionnait et sur ce qui ne fonctionnait pas comme stratégies. Je lisais beaucoup de livres sur le leadership. C’est pour ça que lorsque j’ai mis un terme à ma carrière de joueur, je suis retourné à l’école à l’âge de 45 ans pour obtenir mon diplôme universitaire en leadership des affaires. Mener est une chose, mais enseigner comment le faire en est une autre. Je suis en train d’étudier la possibilité de venir donner quelques conférences à Montréal prochainement.

Combien de fois par année chausses-tu les patins ?
Comme plusieurs de mes pairs, j’ai une nouvelle hanche gauche. Je suis un homme bionique! Depuis cette opération il y a deux ans, je suis un peu plus prudent. C’est pour cette raison que je n’ai pas participé à beaucoup de matchs des anciens récemment. Mais je vais sur la glace pour enseigner aux jeunes. C’est ma passion maintenant. 

As-tu gardé contact avec d’anciens coéquipiers des Canadiens?
Oui mais pas aussi souvent que je le souhaiterais. Bobby Smith et moi parlons souvent puisque nous sommes tous deux dans le domaine du hockey. Autant que nous aimons parler du produit sur la glace, nous parlons davantage des ventes et des revenus à l’extérieur.

Combien de matchs des Canadiens regardes-tu par saison?
J’essaie de regarder le plus de matchs possibles. Ma femme et moi avons habité Montréal pendant 10 ans, je ne leur souhaite que le meilleur.

Quand as-tu assisté pour la dernière fois à un match au Centre Bell?
Ça fait maintenant quelques années. Lorsque Bob Gainey travaillait encore pour l’équipe, j’ai travaillé un peu avec les recrues et avec le grand club. J’ai organisé plusieurs conférences sur le leadership et l’esprit d’équipe.

Qui est ton joueur favori de la formation actuelle?
Ça fait un bout de temps que je n’ai pas parlé à Carey Price, mais j’ai toujours aimé observer les gardiens à Montréal. Avec tous les différents gardiens qui sont passés par-là au fil des années, c’est la position où il y a le plus de pression à Montréal. J’aime lire tout ce qui s’écrit ou ce qui se dit au sujet des gardiens là-bas.

Quelle est ta pièce de collection favorite des Canadiens parmi celles que tu possèdes?
Mis à part ma bague de la coupe Stanley ? À la maison j’ai un de mes chandails des Canadiens encadré sur un mur. J’adore le regarder, ça me rappelle à quel point j’ai aimé Montréal. Mais je suis tellement content que lorsque le Forum a fermé ses portes, j’ai été en mesure d’acheter les deux sièges que ma femme a occupé au cours de mes neuf saisons là-bas.

Y a-t-il un match en particulier de ta carrière avec les Canadiens qui t’as le plus marqué ?
Remporter la coupe Stanley en 1986 était certainement le plus grand match, mais perdre la finale de 1989 était une grosse déception pour moi. Je suis encore partagé sur cette finale. J’avais marqué un gros but en deuxième prolongation dans cette série et c’est l’un de mes plus beaux moments individuels, mais perdre contre les Flames m’a abattu.

Où conserves-tu ta bague de la coupe Stanley?
Je l’ai toujours avec moi et j’ai récemment pu prendre quelques photos avec la coupe Stanley avec ma famille. À l’époque, les joueurs n’avaient pas droit à une journée avec la coupe comme aujourd’hui.