NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Entraîneurs

JEAN PERRON (1985-1988)

Jean
Perron

1985 -
Date de naissance 5 octobre 1946
Lieu de naissance Saint-Isidore-d'Auckland, QC, CAN
Saisons - MTL 3
Statistiques
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par l'èquipe
V Victoires - Nombre total de matchs remportés par l'équipe
D Défaites - Nombre total de défaites subies par l'équipe en temps réglementaire
N Matchs nuls - Nombre total de matchs de l'équipe qui se sont terminés par un pointage nul
DP Défaite en prolongation - Nombre total de défaites subies par l'équipe en prolongation
PTS Points - Nombre total de points récoltés par l'équipe en fonction des victoires, défaites, nulles, défaites en prolongation et en fusillade
TOTAUX 240 126 84 30 0 282
1985-1986 80 40 33 7 0 87
1986-1987 80 41 29 10 0 92
1987-1988 80 45 22 13 0 103
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par l'èquipe
V Victoires - Nombre total de matchs remportés par l'équipe
D Défaites - Nombre total de défaites subies par l'équipe en temps réglementaire
RÉSULTAT Résultat
TOTAUX 48 30 18  
1985-1986 20 15 5 Coupe Stanley
1986-1987 17 10 7 Défaite en finale d'association
1987-1988 11 5 6 Défaite en finale de division
Jean Perron a été l’assistant de Jacques Lemaire derrière le banc des Canadiens avant de prendre l’équipe sous sa charge après la démission de Lemaire en 1985.

À sa première saison à titre d’entraîneur chef dans la LNH, Perron a signé 40 victoires, bon pour le deuxième rang de la division Adams. Mats Naslund a brillé, amassant 110 points.

Au début des séries éliminatoires, Perron a décidé de laisser le filet à son gardien recrue Patrick Roy, comme l’avait fait Al MacNeil avec Ken Dryden en 1971.

Sa décision s’est avérée judicieuse puisque Roy a mené les Canadiens jusqu’au bout, défaisant les Bruins, les Whalers, les Rangers et les Flames pour mettre la main sur la 23e coupe Stanley de l’histoire de l’équipe.

Roy a remporté le trophée Conn-Smythe avec une fiche de 11-5 et une incroyable moyenne de buts alloués par match de 1,92 en éliminatoires.

Par la suite, malgré des saisons de 41 et 45 victoires, Perron n’a pas été en mesure de répéter l’exploit et a été défait au troisième et au deuxième tour éliminatoire successivement.

Après la saison 1987-1988, Perron a été limogé par les Canadiens et s’est joint aux Nordiques de Québec.

En trois campagnes à Montréal, il a amassé 126 victoires en saison régulière. Il a remporté une coupe Stanley, un trophée Prince de Galles, un championnat de division et a participé trois fois aux séries éliminatoires.