NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Grand moments

10 avril 1956
COUPE STANLEY NO 8
Le 10 avril 1956, les Canadiens, menant trois matchs à un dans la série quatre de sept, accueillent les Red Wings de Détroit au Forum pour le cinquième match de la finale.

Tantôt spectaculaire, tantôt magistral, le gardien Jacques Plante donne le ton à la rencontre en repoussant tour à tour les assauts des Gordie Howe, Ted Lindsay et Alex Delvecchio,

Pendant que Plante effectue 17 arrêts au cours des deux premières périodes, Jean Béliveau et Maurice Richard réussissent à tromper la vigilance de Glenn Hall pour donner un coussin deux buts à la troupe de l’entraîneur recrue Toe Blake. Le but de Béliveau, son septième de la finale, constitue un record de la LNH qui n’a jamais été battu depuis. Le « Gros Bill », qui avait terminé au premier rang des compteurs en saison régulière, fait de même en séries avec une récolte de 19 points.

Dès le début de la troisième période, Bernard Geoffrion porte le coup de grâce aux champions en titre au cours des deux dernières années en portant la marque 3 à 0. Delvecchio donne la riposte quelques instants plus tard, mais ce sera insuffisant alors que les Canadiens parviennent à protéger leur avance pour remporter la huitième coupe Stanley de leur histoire.

Le capitaine des Canadiens Émile Bouchard n’effectue qu’une seule présence sur la patinoire, dans les derniers instants de la rencontre, pour ultimement soulever la coupe Stanley pour la quatrième et dernière fois de sa carrière.

La précieux trophée revient donc à Montréal après une absence de trois ans et y restera pour encore quatre autres années.