NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Joueurs

AB MCDONALD (1957-1960)

Ab
McDonald

1952-1963
Position AG
Lance G
Poids 192lbs
Taille 6'3"
Date de naissance 18 février 1936
Lieu de naissance Winnipeg, MB, CAN
Saisons - MTL 3
Autres numéros 24
Statistiques
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 137 22 36 58 0 61
1958-1959 69 13 23 36 0 35
1959-1960 68 9 13 22 0 26
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 13 1 1 2 0 8
1957-1958 2 0 0 0 0 2
1958-1959 11 1 1 2 0 6
Connu universellement sous le sobriquet de «Ab», un acronyme, Alvin Brian McDonald n’a pas tardé à connaître l’ultime joie de la victoire. Dès son deuxième match dans la LNH, il soulevait déjà la coupe Stanley à bout de bras.

Cet ailier gauche de 6 pieds 2 pouces, 194 livres, est rappelé par les Canadiens en provenance des Americans de Rochester de la Ligue américaine de hockey au printemps 1958. Il est en uniforme pour deux matchs des séries, alors que les hommes de Toe Blake voguent vers la troisième de cinq coupes Stanley consécutives.

L’automne suivant, le jeune attaquant de 22 ans amasse 13 buts et 36 points, alors qu’il évolue sur un trio défensif en compagnie de Donnie Marshall et Ralph Backstrom. Son rôle dans la victoire de la coupe Stanley cette année-là est beaucoup plus important.

Travailleur infatigable et bon patineur, McDonald n’a jamais vraiment eu la faveur des partisans locaux, qui espéraient que le jeune avant allait remplacer le futur élu au Temple de la Renommée, Bert Olmstead.

Se séparant les tâches du côté gauche de la troisième ligne avec André Pronovost, McDonald marque neuf buts et obtient 13 passes en 1959-1960, en route vers une troisième coupe Stanley d’affilée. Il s’agit de sa dernière campagne dans l’uniforme des Canadiens.

Impliqué dans une méga-transaction impliquant huit joueurs qui lui fait prendre le chemin de Chicago, McDonald voit son nom gravé sur la précieuse coupe pour une quatrième fois de suite, après la victoire des Blackhawks en 1961. Après quatre saisons passées dans l’organisation de Chicago, il évolue à Boston, Détroit, Pittsburgh et St-Louis au cours des dix années suivantes, avant de devenir le premier capitaine des Jets de Winnipeg dans la WHA, en 1972-1973. Il a pris sa retraite au terme de la saison suivante.

****
Échangé à Chicago par Montréal, avec Reggie Fleming, Bob Courcy et Cec Hoekstra, en retour de Terry Gray, Glen Skov, les droits de Danny Lewicki, Lorne Ferguson et Bob Bailey, le 7 juin 1960.