NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Joueurs

BERNARD GEOFFRION (1950-1964)

Bernard
Geoffrion

1952-1963
Position AD
Lance D
Poids 170lbs
Taille 5'9"
Date de naissance 14 février 1931
Lieu de naissance Montreal, QC, CAN
Décédé le 11 mars 2006
Saisons - MTL 14
Statistiques
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 766 371 388 759 0 636
1950-1951 18 8 6 14 0 9
1951-1952 67 30 24 54 0 66
1952-1953 65 22 17 39 0 37
1953-1954 54 29 25 54 0 87
1954-1955 70 38 37 75 0 57
1955-1956 59 29 33 62 0 66
1956-1957 41 19 21 40 0 18
1957-1958 42 27 23 50 0 51
1958-1959 59 22 44 66 0 30
1959-1960 59 30 41 71 0 36
1960-1961 64 50 45 95 0 29
1961-1962 62 23 36 59 0 36
1962-1963 51 23 18 41 0 73
1963-1964 55 21 18 39 0 41
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 127 56 59 115 0 88
1950-1951 11 1 1 2 0 6
1951-1952 11 3 1 4 0 6
1952-1953 12 6 4 10 0 12
1953-1954 11 6 5 11 0 18
1954-1955 12 8 5 13 0 8
1955-1956 10 5 9 14 0 6
1956-1957 10 11 7 18 0 2
1957-1958 10 6 5 11 0 2
1958-1959 11 5 8 13 0 10
1959-1960 8 2 10 12 0 4
1960-1961 4 2 1 3 0 0
1961-1962 5 0 1 1 0 6
1962-1963 5 0 1 1 0 4
1963-1964 7 1 1 2 0 4

UN DES JOUEURS OFFENSIFS LES PLUS SPECTACULAIRES DU HOCKEY, LE FLAMBOYANT BERNARD GEOFFRION A POPULARISÉ LE LANCER FRAPPÉ, D’OÙ SON SURNOM « BOUM BOUM ».

La plupart des joueurs sont inconnus à leur arrivée dans la LNH et les meilleurs acquièrent un surnom flamboyant après avoir fait leur marque. Bernard Geoffrion n'est pas comme la plupart des joueurs.

Il a commencé à pratiquer son fameux lancer frappé dès son enfance, a gravi les échelons au sein du réseau de hockey mineur et portait déjà le surnom de « Boom Boom » lorsqu'il a percé avec les Canadiens en 1950-1951.

Il a marqué son premier but dans la LNH et a ajouté 13 autres points lors des 18 rencontres qu'il a disputées avec le Tricolore cette saison-là, indiquant clairement qu'il faudrait compter sur lui pour de nombreuses années.

Ses 30 buts inscrits la saison suivante, sa première campagne complète dans la LNH, se sont avérés un sommet au sein de l'équipe et lui ont valu le trophée Calder remis à la recrue par excellence de la ligue.

S'établissant rapidement comme l'un des joueurs offensifs les plus spectaculaires du hockey, Geoffrion marquait des buts, beaucoup de buts. Il a joué un rôle de premier plan lors de six conquêtes de la coupe Stanley, dont la seule série de cinq championnats consécutifs de l'histoire de la LNH.

Au fil de ses années avec le Tricolore, Geoffrion a inscrit 371 filets en saison régulière, ne ratant le cap des 20 buts qu'à une reprise. En février 1955, il marqua cinq buts face aux Rangers. En 1960-1961, il a répété l'exploit de Maurice Richard et est devenu le deuxième joueur de la LNH à récolter 50 buts en une saison.

Plus de 40 ans après avoir disputé son dernier match avec le Bleu-Blanc-Rouge, ses 14 tours du chapeau lui valent toujours le quatrième rang dans l'histoire de l'équipe. Geoffrion se classe également toujours parmi les 10 premiers chez les Canadiens pour les buts et les points, et ce, tant en saison régulière qu'en séries.

Le Boomer aimait s'amuser. Si les choses allaient bien et que le plaisir était de la partie, il était généralement au cœur de la fête. Chanteur enthousiaste, Geoffrion était habituellement plus que volontaire pour pousser la chansonnette, que ce soit sur le train ou sur le plateau d’émissions de télévision ou de radio locales.

Pratiquant le hockey de la seule façon qui lui était connue, avec énergie et intensité, Geoffrion en a payé le prix physiquement, ne disputant toutes les rencontres du calendrier régulier qu'une seule fois.

En plus de multiples fractures du nez et de centaines de points de suture, Geoffrion fut ennuyé par des maux d'estomac qui l'ont souvent écarté de l'alignement. En 1958, une déchirure de l'intestin a failli mettre un terme à sa carrière et a menacé sa vie à un point tel qu'un prêtre lui a administré les derniers sacrements de l'Église catholique. Six semaines après une opération lui ayant sauvé la vie, « Boom Boom » était de retour. Il a participé à chacun des 10 matchs des séries, récoltant 11 points, incluant le but qui procurait la coupe Stanley.

Grâce à six conquêtes de la coupe Stanley, deux trophées Art-Ross, un trophée Calder et un trophée Hart, Bernard « Boom Boom » Geoffrion a mérité le droit de se retrouver parmi les immortels et a été élu au Temple de la renommée du hockey en 1972.

Bernard Geoffrion est décédé le 11 mars 2006. Le numéro 5 qu'il a porté avec tant de fierté pendant 14 années ne sera plus jamais endossé par un membre de l'équipe.

Plus tard ce soir-là, afin de respecter ses dernières volontés, une cérémonie déjà prévue à l'horaire a suivi son cours. Plus de 21 000 amateurs, la larme à l'œil, ont regardé en silence alors que le chandail du Boomer était hissé au plafond du Centre Bell. Il est suspendu aux côtés de celui de son beau-père, Howie Morenz.