NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Joueurs

BERT OLMSTEAD (1950-1958)

Bert
Olmstead

1952-1963
Position AG
Lance G
Poids 180lbs
Taille 6'1"
Date de naissance 4 septembre 1926
Lieu de naissance Sceptre, SK, CAN
Saisons - MTL 8
Statistiques
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 508 103 280 383 0 609
1950-1951 39 16 22 38 0 50
1951-1952 69 7 28 35 0 49
1952-1953 69 17 28 45 0 83
1953-1954 70 15 37 52 0 85
1954-1955 70 10 48 58 0 103
1955-1956 70 14 56 70 0 94
1956-1957 64 15 33 48 0 74
1957-1958 57 9 28 37 0 71
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 86 8 34 42 0 78
1950-1951 11 2 4 6 0 9
1951-1952 11 0 1 1 0 4
1952-1953 12 2 2 4 0 4
1953-1954 11 0 1 1 0 19
1954-1955 12 0 4 4 0 21
1955-1956 10 4 10 14 0 8
1956-1957 10 0 9 9 0 13
1957-1958 9 0 3 3 0 0

UN TRAVAILLEUR ACHARNÉ ET INFATIGABLE, BERT OLMSTEAD PARTAGE AVEC LE « ROCKET » LA MARQUE D’ÉQUIPE DE HUIT POINTS RÉCOLTÉS AU COURS D’UN MÊME MATCH.

Les attaquants de puissance faisaient partie du hockey bien avant que l'expression ne devienne populaire. Le fougueux Bert Olmstead se chargeait des travaux salissants au sein de deux des meilleures lignes d'attaque de l'histoire.

Marqueur de 20 buts pour Chicago l'année précédente, Olmstead s'est joint aux Canadiens au cours de la saison 1950-1951 et s'est transformé en l'un des meilleurs fabricants de jeu du hockey. L'entraîneur Dick Irvin était le seul maître à bord à Montréal et « Dirty Bertie », comme on le surnommait à travers la LNH, était l'un de ses plus fidèles matelots.

Le travail d’Olmstead consistait à s'occuper de l'aile gauche de sa ligne bleue au filet adverse, à gagner les batailles le long des bandes et à récupérer la rondelle dans les coins afin de créer des occasions de marquer pour ses coéquipiers. Il s'acquittait de cette tâche aussi bien que n'importe qui à travers la ligue.

Pendant huit ans, il a tout donné pour les Canadiens et ne s'attendait à rien de moins de la part de ses coéquipiers. Si Olmstead croyait qu'un joueur ne fournissait pas un effort maximal, il ne se gênait pas pour le lui laisser savoir, peu importe qu'il s'agisse d'une légende vivante ou d'une verte recrue.

Olmstead a entamé son séjour avec les Canadiens aux côtés de Lach et Richard au sein de la fameuse « Punch Line », puis s'est plus tard retrouvé en compagnie des jeunes Jean Béliveau et Bernard Geoffrion. Bien qu'il n'a plus jamais atteint le cap des 20 buts, Olmstead est demeuré une menace offensive, capable de marquer à l'occasion, mais préférant s'en tenir aux tâches qu'on lui assignait.

Le 9 janvier 1954, Olmstead a explosé avec une récolte de huit points en une partie, égalant le record d'équipe enregistré part Maurice Richard une décennie auparavant. Richard et lui sont toujours les deux seuls membres de l'équipe à avoir accompli l'exploit. Olmstead a récolté 22 mentions d'aide pour le Tricolore en 1950-1951, un total qui n'a cessé d'augmenter d'année en année. Il a dominé la ligue en 1954-1955 avec 48 assistances et a enregistré un nouveau record de la LNH avec 56 la saison suivante.

Olsmtead, membre de la formation championne de la coupe Stanley en 1953, a connu ses meilleures séries éliminatoires suite au calendrier 1955-1956. Pratiquant son style agressif habituel tout au long des séries, Olmstead a amassé 14 points, le deuxième plus haut total de l'équipe cette année-là, et a inscrit à nouveau son nom sur la coupe de Lord Stanley.

Les Canadiens devaient décrocher les grands honneurs au terme des quatre saisons suivantes. Olmstead n'était pas de la partie lorsque cette incroyable série de succès a pris fin. Toronto a fait son acquisition après la saison 1957-1958, espérant que ce compétiteur expérimenté aiderait à relancer la franchise. Le leadership d’Olmstead s'avéra un facteur déterminant dans le retour des Leafs parmi l'élite de la ligue.

Il a remporté sa cinquième coupe Stanley et sa première avec Toronto en 1961-1962. Olmstead s’est retiré en champion suite à ce triomphe, mais est revenu comme administrateur quelques années plus tard, devenant le premier entraîneur et directeur général des Seals d'Oakland, une équipe d'expansion.

En 1985, le Temple de la renommée du hockey a ouvert ses portes à Bert Olmstead, reconnaissant à juste titre qu'il avait sa place aux côtés des plus grands.