NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Joueurs

HENRI RICHARD (1955-1975)

Henri
Richard

1952-1963
Position C
Lance D
Poids 160lbs
Taille 5'7"
Date de naissance 29 février 1936
Lieu de naissance Montreal, QC, CAN
Saisons - MTL 20
Statistiques
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 1256 358 688 1046 126 928
1955-1956 64 19 21 40 0 46
1956-1957 63 18 36 54 0 71
1957-1958 67 28 52 80 0 56
1958-1959 63 21 30 51 0 33
1959-1960 70 30 43 73 0 66
1960-1961 70 24 44 68 0 91
1961-1962 54 21 29 50 0 48
1962-1963 67 23 50 73 0 57
1963-1964 66 14 39 53 0 73
1964-1965 53 23 29 52 0 43
1965-1966 62 22 39 61 0 47
1966-1967 65 21 34 55 0 28
1967-1968 54 9 19 28 4 16
1968-1969 64 15 37 52 25 45
1969-1970 62 16 36 52 24 61
1970-1971 75 12 37 49 13 46
1971-1972 75 12 32 44 10 48
1972-1973 71 8 35 43 34 21
1973-1974 75 19 36 55 7 28
1974-1975 16 3 10 13 9 4
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 180 49 80 129 0 181
1955-1956 10 4 4 8 0 21
1956-1957 10 2 6 8 0 10
1957-1958 10 1 7 8 0 11
1958-1959 11 3 8 11 0 13
1959-1960 8 3 9 12 0 9
1960-1961 6 2 4 6 0 22
1962-1963 5 1 1 2 0 2
1963-1964 7 1 1 2 0 9
1964-1965 13 7 4 11 0 24
1965-1966 8 1 4 5 0 2
1966-1967 10 4 6 10 0 2
1967-1968 13 4 4 8 0 4
1968-1969 14 2 4 6 0 8
1970-1971 20 5 7 12 0 20
1971-1972 6 0 3 3 0 4
1972-1973 17 6 4 10 0 14
1973-1974 6 2 2 4 0 2
1974-1975 6 1 2 3 0 4

GRÂCE À SES 11 COUPES STANLEY REMPORTÉES AVEC LES CANADIENS, HENRI RICHARD EST L’ATHLÈTE QUI A REMPORTÉ LE PLUS DE CHAMPIONNATS DANS LE SPORT NORD-AMÉRICAIN.

Henri Richard a entrepris sa carrière comme le « petit frère du Rocket », mais il n’est pas resté dans l’ombre de Maurice bien longtemps. Jugé trop petit à l’origine pour survivre au hockey robuste des années 1950, Henri a fait taire les critiques, se retirant après une illustre carrière qui l’a placé parmi les légendes du hockey.

L’invitation au camp d’entraînement de 1955 du joueur de centre de 5’7’’ et 160 livres était perçue comme rien de plus qu’une faveur à son fameux frère aîné. Les experts ont vite réalisé que le jeune homme de 19 ans était un espoir en bonne et due forme.

Jouant contre des hommes matures, le jeune Henri contrôlait le jeu dans les exercices. Son maniement hors pair du bâton et son esprit compétitif féroce ont poussé les vétérans à demander, à la blague, que deux rondelles soient utilisées dans les exercices : une pour le nouveau venu et une autre pour le reste de l’équipe.

Les amateurs du Forum ont adopté le petit marchand de vitesse, reconnaissant immédiatement qu’il méritait sa place au sein de l’alignement de l’équipe en 1955-1956, même si certains critiques aux quatre coins de la LNH croyaient qu’il n’appartenait pas à la grande ligue. Ils ont bientôt appris combien ils étaient dans l’erreur.

Sujet d’un accueil plus brutal que celui habituellement réservé à la plupart des nouveaux venus, Henri Richard a souvent dû laisser tomber les gants. S’en prenant à des joueurs qui le dépassaient d’une tête et 40 livres plus lourds, il servait autant de coups qu’il en recevait, prouvant sa valeur auprès des poids lourds du circuit. Sans peur, Richard travaillait fort dans les coins de patinoire, allant chercher le disque le long des rampes et trouvant le fond du filet avec assez d’aisance.

Aussi menaçant à l’attaque que son frangin, Richard a démontré ses talents aux deux extrémités de la patinoire grâce à une vitesse qui lui permettait de briller, peu importe son rôle. Sous les ordres du nouvel entraîneur-chef Toe Blake, les Canadiens ont remporté la coupe Stanley à la première saison de Richard. Sa deuxième année a pris fin sur la même note avec le trophée le plus convoité du hockey à bout de bras pour la deuxième fois en autant de printemps.

Discret de nature, il laissait son rendement sur la patinoire parler pour lui. Henri Richard s’est forgé une réputation de fabricant de jeu hors pair. Il a mené la LNH au chapitre des mentions d’aide à deux occasions et il a franchi le cap des 20 buts neuf fois, marquant 30 buts, un sommet personnel, en 1959-1960. Au cours de la même année, il a mené la ligue avec 12 points en séries éliminatoires en route vers une cinquième conquête consécutive de la coupe Stanley avec les Canadiens.

Laissant tout ce qu’il avait sur la patinoire et ne s’attendant à rien de moins de ses coéquipiers, Richard est devenu un leader au sein de la formation et son exemple de dévouement a inspiré ses coéquipiers à surpasser leurs propres attentes après cette soirée. Chaque fois que les séries éliminatoires se mettaient en marche, comme à tous les printemps sauf à une occasion au cours de sa carrière dans l’uniforme des Canadiens, Richard jouait avec une fougue sans pareil.

Rouage essentiel au sein de la plus grande machine de hockey de tous les temps, Richard a remporté 11 coupes Stanley, ce qui fait de lui le plus grand champion individuel de l’histoire de la LNH. Bien que les records soient faits pour être battus, celui-là risque fort de durer aussi longtemps que la coupe elle-même.

Seulement une poignée d’athlètes ont marqué plus d’un but gagnant dans le match ultime de la finale de la coupe Stanley, mais Richard a réussi l’exploit en 1966 et en 1971. L’homme à la chevelure argentée a été élu capitaine de l’équipe pour entreprendre la saison 1971-1972 et il a fièrement porté le « C » sur son uniforme au cours des quatre saisons suivantes, menant les Canadiens à une conquête de la coupe Stanley en 1973.

En 1973-1974, Richard a remporté le seul honneur individuel de sa carrière quand il a reçu le trophée Bill-Masterton, remis au joueur de la LNH qui représente le mieux la persévérance, l’esprit sportif et le dévouement au hockey. On ne pouvait choisir de meilleur homme. Richard a joué le dernier de ses 1 256 matchs avec les Canadiens, un record du club, en 1974-1975 et il a ensuite consacré tout son temps à diriger la Taverne Henri Richard, une adresse incontournable en ville à l’époque.

Avec 366 buts et 688 passes en saison régulière en plus de 49 buts et 80 passes en séries éliminatoires, il figure au sein du Top 10 de toutes les importantes catégories de statistiques à l’attaque des Canadiens.

Le 10 décembre 1975, le numéro 16 que portait Henri Richard avec distinction et dévouement a été retiré et élevé dans les hauteurs du Forum. En 1979, il a été intronisé au Temple de la renommée du hockey, réunissant à nouveau Henri à son grand frère.