NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Joueurs

JACQUES LAPERRIÈRE (1962-1974)

Jacques
Laperrière

1952-1963
Position D
Lance G
Poids 190lbs
Taille 6'2"
Date de naissance 22 novembre 1941
Lieu de naissance Rouyn, QC, CAN
Saisons - MTL 12
Autres numéros 26
Statistiques
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 691 40 242 282 241 674
1962-1963 6 0 2 2 0 2
1963-1964 65 2 28 30 0 102
1964-1965 67 5 22 27 0 92
1965-1966 57 6 25 31 0 85
1966-1967 61 0 20 20 0 48
1967-1968 72 4 21 25 23 84
1968-1969 69 5 26 31 37 45
1969-1970 73 6 31 37 28 98
1970-1971 49 0 16 16 24 20
1971-1972 73 3 25 28 36 50
1972-1973 57 7 16 23 78 34
1973-1974 42 2 10 12 15 14
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 88 9 22 31 0 101
1962-1963 5 0 1 1 0 4
1963-1964 7 1 1 2 0 8
1964-1965 6 1 1 2 0 16
1966-1967 9 0 1 1 0 9
1967-1968 13 1 3 4 0 20
1968-1969 14 1 3 4 0 28
1970-1971 20 4 9 13 0 12
1971-1972 4 0 0 0 0 2
1972-1973 10 1 3 4 0 2

UN DÉFENSEUR FIABLE ET ROBUSTE, JACQUES LAPERRIÈRE A PASSÉ TOUTE SA CARRIÈRE À MONTRÉAL, REMPORTANT CINQ COUPES STANLEY AU PASSAGE.

Calme et imperturbable, Jacques Laperrière a disputé toute sa carrière avec les Canadiens, s'arrêtant à quelques matchs du plateau de 700.

Il a remporté le trophée Calder à titre de recrue de l'année de la LNH en 1963-1964, devançant de justesse son coéquipier John Ferguson lors du scrutin, et s'est dès lors établi comme un pilier de la brigade défensive des Canadiens pour la décennie à venir.

À 6'2'' et 190 livres, « Lappy » était l'un des joueurs les plus imposants de la ligue. Il pouvait laisser tomber les gants si cela s'avérait nécessaire, mais préférait s'en abstenir autant que possible. À l'inverse de la plupart des joueurs de son gabarit, Laperrière préférait se servir de sa tête plutôt que de ses poings, une approche qui le servit à merveille tout au long de sa carrière.

Peu réputé pour ses talents offensifs, Laperrière utilisait ses habiletés pour anticiper le jeu, tuant habituellement dans l'œuf les menaces potentielles avant même qu'elles ne prennent forme. De longs bras, même pour un athlète de sa taille, procuraient à Laperrière une portée extraordinaire, un autre atout qu'il utilisait à profusion, mettant fin aux montées de l'adversaire sans même avoir à distribuer une mise en échec.

Efficace et pragmatique, son style purement défensif s'est avéré un facteur déterminant dans la conquête d'une demi-douzaine de coupes Stanley lors des années 1960 et 1970. Les passes précises de Laperrière servaient à merveille le style rapide de l'équipe, dont la contre-attaque était un élément prédominant.

Laperrière a connu ses meilleures séries suite au calendrier 1970-1971. Il a explosé pour une rare fois à l'offensive, récoltant quatre buts et neuf assistances lors des 20 rencontres devant mener à une autre conquête de la coupe Stanley par les Canadiens.

Laperrière a amassé autant de points lors de chacune des deux premières séries qu'il en récoltait habituellement au cours d'un printemps complet. Il a amassé deux buts et quatre assistances contre Boston lors de la première ronde, puis a ajouté trois points lors de la série suivante face au Minnesota.

Cette année-là, les Blackhawks de Chicago ont poussé les Canadiens à la limite de sept rencontres lors de la finale avant de s'avouer vaincus. Laperrière a disputé les cinq derniers matchs de la série avec un os du bras fracturé, ajoutant tout de même quatre passes à son total, dont trois après avoir encaissé sa blessure.

Évoluer en dépit des blessures était une habitude pour Laperrière - cela faisait simplement partie du travail. Les blessures l'ont embêté tout au long de sa carrière, le forçant à rater presque 100 parties lors des 10 campagnes au cours desquelles il a été un membre régulier des Canadiens.

Une blessure à une jambe subie tout juste après la mi-saison en 1973-1974 a forcé le quadruple membre des équipes d'étoiles à se retirer à l'âge de 32 ans.

En 1981-1982, Laperrière effectua un retour chez les Canadiens, cette fois dans le rôle d'entraîneur-adjoint. Il devait passer 16 ans derrière le banc du Tricolore, travaillant avec six entraîneurs-chef tout en veillant au développement des jeunes défenseurs.

Il a ajouté deux fois son nom sur la coupe Stanley suite aux triomphes du Bleu-Blanc-Rouge en 1986 et 1993. Laperrière a également été adjoint à Boston et au New Jersey.

Laperrière a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1987. Un aréna a été nommé en son honneur dans sa ville natale de Rouyn-Noranda.