NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Joueurs

ODIE CLEGHORN (1918-1925)

Odie
Cleghorn

1952-1963
Position AD
Lance D
Poids 195lbs
Taille 5'9"
Date de naissance 19 septembre 1891
Lieu de naissance Montreal, QC, CAN
Décédé le 13 juillet 1956
Saisons - MTL 7
Autres numéros 7,8
Statistiques
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 159 93 33 126 0 134
1918-1919 17 22 6 28 0 22
1919-1920 21 20 4 24 0 30
1920-1921 21 6 6 12 0 8
1921-1922 24 21 3 24 0 26
1922-1923 24 19 6 25 0 18
1923-1924 22 2 5 7 0 16
1924-1925 30 3 3 6 0 14
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 11 7 2 9 0 5
1918-1919 5 7 1 8 0 3
1922-1923 2 0 0 0 0 2
1923-1924 2 0 0 0 0 0
1924-1925 2 0 1 1 0 0

À L'OPPOSÉ DE SON FRÈRE SPRAGUE, QUI AIMAIT METTRE LE FEU AUX POUDRES, ODIE CLEGHORN S'EST DÉMARQUÉ PAR SES TALENTS DE FRANC-TIREUR.

Davantage un joueur de finesse que son frère aîné Sprague, Odie Cleghorn, au sommet de son art, était un attaquant au coup de patin fluide avec l’habileté de trouver le fond du filet contre les meilleurs gardiens du hockey.

Il a suivi le même cheminement de carrière que son frère. Faisant le saut chez les professionnels dans l’uniforme des Millionnaires de Renfrew de l’Association nationale de hockey (NHA) en 1910-1911, Cleghorn a enchaîné, après son année recrue, avec six campagnes du tonnerre avec les Wanderers de Montréal. Constamment parmi les meilleurs francs-tireurs de la formation, l’ailier droit a amassé 115 buts en 93 rencontres en portant les couleurs des Wanderers.

Avec la mort de la NHA, il a été séparé de son frère Sprague. Après s’être retiré pendant la saison 1917-1918, Odie s’est joint aux Canadiens de la toute récente Ligue nationale de hockey l’automne suivant et a été à la hauteur des attentes des supporteurs montréalais en continuant à trouver le fond du filet de façon régulière. Les 23 buts de Cleghorn lui ont permis de terminer à égalité avec Newsy Lalonde en tête des marqueurs de l’équipe.

Plus petit et plus lourd que son frère, Odie était en mesure de se défendre lorsque les esprits s’échauffaient, mais il n’était pas du genre à chercher ou provoquer la bisbille, préférant laisser parler ses statistiques offensives plutôt que ses poings.

Cleghorn a terminé deuxième buteur au terme de la saison 1918-1919 et a trôné parmi le top dix des meneurs du circuit à ce chapitre à trois reprises pendant les quatre saisons suivantes. À sa première année avec les Canadiens, l’équipe a bataillé pour l’obtention de la coupe Stanley, Cleghorn marquant à deux reprises lors de la grande finale.

Toutefois, la série a dû être stoppée après seulement cinq matchs à la suite d’une épidémie mondiale de grippe espagnole. Pour la première fois depuis que Lord Stanley avait acheté le bol d’argent, le trophée ne fut décerné à aucune équipe.

Les frères Cleghorn se sont à nouveau retrouvés quand Sprague a joint les Canadiens en 1921-1922, terminant tous deux à égalité à titre de meilleur marqueur des Canadiens avec une récolte de 24 points chacun. Deux ans plus tard, les Canadiens sont allés jusqu’au bout, mettant la main sur la deuxième coupe Stanley de leur histoire.

Dans le dernier droit de sa carrière, Cleghorn, âgé de 34 ans, a accepté une offre des Pirates de Pittsburgh, devenant le joueur-entraîneur de l’équipe d’expansion. Avec Cleghorn revêtant l’uniforme pour la moitié des matchs, les Pirates ont terminé au troisième rang parmi les sept formations de la LNH, derrière seulement les Sénateurs d’Ottawa et les Maroons de Montréal.

Jouant de moins en moins de matchs au fil des saisons, Cleghorn a dirigé la destinée des Pirates pendant quatre campagnes, accédant aux séries à deux reprises. Quittant Pittsburgh après la saison 1928-1929, sa quatrième derrière le banc de l’équipe, Cleghorn s’est retiré du monde du hockey et est retourné à Montréal.

Partie intégrante de l’un des duos fraternels les plus connus de l’histoire du hockey, Odie Cleghorn est mort le 13 juillet 1956, quelques heures avant d’assister aux funérailles de son frère aîné.