NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10

Joueurs

RAY GETLIFFE (1939-1945)

Ray
Getliffe

1952-1963
Position C
Lance G
Poids 175lbs
Taille 5'11"
Date de naissance 3 avril 1914
Lieu de naissance Galt, ON, CAN
Décédé le 15 juin 2008
Saisons - MTL 6
Statistiques
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 265 99 97 196 0 193
1939-1940 46 11 12 23 0 29
1940-1941 39 15 10 25 0 25
1941-1942 45 11 15 26 0 35
1942-1943 50 18 28 46 0 26
1943-1944 44 28 25 53 0 44
1944-1945 41 16 7 23 0 34
SAISON
SAISON
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
+/- Plus/Moins - Différentiel total affiché par le joueur
PUN Minutes de pénalité - Nombre total de minutes de pénalité récoltées par le joueur
TOTAUX 26 6 7 13 0 24
1940-1941 3 1 1 2 0 0
1941-1942 3 0 0 0 0 0
1942-1943 5 0 1 1 0 8
1943-1944 9 5 4 9 0 16
1944-1945 6 0 1 1 0 0

RAY GETLIFFE EST LE PÈRE DE L'UN DES SURNOMS LES PLUS CÉLÈBRES DU HOCKEY, CELUI DU « ROCKET ».

Ray Getliffe était déjà un joueur établi dans la LNH lorsqu'il a joint les rangs des Canadiens. Acquis des champions de la saison 1939-1940, les Bruins de Boston, l'athlète de 5 pieds 11 pouces et 175 livres a été un des seuls patineurs à survivre à l'opération de reconstruction entamée par Dick Irvin.

Un vaillant ailier gauche qui figurait parmi les attaquants les plus rapides de la ligue, le natif de Galt en Ontario était un joueur talentueux et complet, capable de feintes habiles comme de replis défensifs efficaces.

Avec le support de ses coéquipiers Murph Chamberlain, Bobby Fillion et Dutch Hiller, Getliffe se mettait aux trousses des meilleurs ailiers droits de la ligue.

Il est également le père de l'un des surnoms les plus célèbres du hockey, celui de Maurice Richard. Observant depuis la ligne bleue son jeune coéquipier accepter une passe du centre Elmer Lach et foncer vers le filet, il a lancé une remarque au sujet du fougueux ailier droit. Parvenu jusqu'aux oreilles d'un journaliste local, le surnom « The Rocket » allait coller à Richard toute sa carrière.

Le 6 février 1943, aux côtés de Lach et du Rocket, Getliffe a été appelé à remplacer Toe Blake, blessé. Il a profité de son passage au sein de la Punch Line pour inscrire cinq buts et une passe dans une victoire décisive des Canadiens aux dépens des Bruins, au cours d'une soirée où tout ce que Getliffe touchait se retrouvait au fond du filet.

La saison suivante, Getliffe a atteint un sommet personnel avec 28 buts en saison régulière en plus d'en ajouter cinq en séries, aidant le Tricolore à éliminer les Maple Leafs et les Blackhawks pour remporter la coupe Stanley. Il s'agissait d'une deuxième coupe pour Getliffe.

Échangé quelques semaines avant le début de la saison 1945-1946 à Détroit pour Billy Reay, un joueur de centre prometteur, Getliffe a pris la décision d'accrocher ses patins plutôt que de se rapporter aux Red Wings.

Quelques années plus tard, il a entrepris une brillante carrière dans le domaine des affaires.

Dans l'uniforme des Canadiens, Getliffe obtenait régulièrement la meilleure note à l'examen écrit portant sur les règles du hockey soumis par Dick Irvin. Il a fait bon usage de ses connaissances dans les premières années de sa retraite, agissant occasionnellement comme arbitre à la demande de la ligue.