NHL Network
Ce contenu requiert l'installation d' Adobe Flash Player 10
season card
Entraîneur
Capitaine
 
east
ÉQUIPE
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par l'èquipe
V Victoires - Nombre total de matchs remportés par l'équipe
D Défaites - Nombre total de défaites subies par l'équipe en temps réglementaire
N Matchs nuls - Nombre total de matchs de l'équipe qui se sont terminés par un pointage nul
PTS Points - Nombre total de points récoltés par l'équipe en fonction des victoires, défaites, nulles, défaites en prolongation et en fusillade
BP Buts pour - Nombre total de buts inscrits par l'équipe
BC Buts contre - Nombre total de buts accordés par l'équipe
Canadiens de Montréal 74 42 22 10 94 236 167
Rangers de New York 74 39 23 12 90 226 183
Bruins de Boston 74 37 27 10 84 259 216
Blackhawks de Chicago 74 32 26 16 80 212 222
Maple Leafs de Toronto 74 33 31 10 76 209 176
Red Wings de Détroit 74 27 35 12 66 245 257
Meneurs de la saison voir les stats complètes
# PATINEURS
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
B Buts - Nombre total de buts inscrits par le joueur
A Aides - Nombre total d'aides récoltées par le joueur
PTS Points - Nombre total de points récoltés par le joueur (Buts + aides)
4 Jean Béliveau 59 31 37 68
15 Bobby Rousseau 74 19 46 65
12 Yvan Cournoyer 64 28 32 60
21 Gilles Tremblay 71 23 28 51
8 Dick Duff 66 25 21 46
# GARDIEN #1
MJ Matchs joués - Nombre total de matchs joués par le joueur
FICHE Fiche - Fiche du gardien (V-D-N)
BL Blanchissages - Nombre de matchs durant lesquels le gardien n'a accordé aucun but
MOY Moyenne de buts alloués - Moyenne des buts alloués par match par le gardien
1 Rogatien Vachon 39 23-13-2 4 2.48
Résultats de la saison
DATE ÉTRANGER DOMICILE

LA SAISON RÉGULIÈRE

Le début de la saison 1967-1968 donne pratiquement des maux de tête aux partisans des Canadiens qui voient arriver plusieurs nouveaux joueurs en raison du repêchage d’expansion qui permet à la Ligue nationale de doubler ses effectifs et de former deux divisions comprenant six équipes chacune.

Plus d’une quinzaine de joueurs du Tricolore se retrouvent sous d’autres cieux, dont les plus connus sont le gardien Charlie Hodge et le défenseur Jean-Guy Talbot. Mais le rusé directeur-gérant Sam Pollock manœuvre habilement pour conserver ses meilleurs éléments en plus d’ajouter des recrues prometteuses telles que l’attaquant Jacques Lemaire et le défenseur Serge Savard.

Après quelques victoires en début de saison, le Tricolore connaît un passage à vide et accumule les défaites. Après 33 matchs, l’équipe occupe le 12e et dernier rang du circuit. Mais tout change le 27 décembre à Toronto alors que la troupe de Toe Blake fait match nul 2 à 2 après avoir comblé un déficit de deux buts.

Les Canadiens entreprennent à ce moment l’une des plus belles remontées au classement de l’histoire de la Ligue nationale. Après deux victoires et un verdict nul, le club aligne 12 gains à compter du 6 janvier et fracasse du même coup le record d’équipe de 11 victoires de suite réalisé en 1926-1927. Après une défaite face aux Rangers, les Canadiens repartent de plus belle avec une série de huit victoires.

Du 27 décembre au 22 février, le Tricolore cumule une impressionnante fiche de 22 victoires et 2 nulles contre 1 seul revers. Du même coup, l’équipe passe de la dernière à la 1re position. Au cours de cette période, Rogatien Vachon brille devant le filet des Canadiens et accorde seulement 15 buts en 21 matchs tandis que Jean Béliveau inscrit 34 points, dont 13 buts, en 23 matchs.

Béliveau profite d’ailleurs de la saison 1967-1968 pour atteindre d’autres plateaux d’importance. En octobre, il enfile le 400e but de sa carrière et devient le premier joueur de l’histoire du Tricolore à obtenir 1000 points en carrière au début du mois de mars.

Même s’il encaisse des défaites à ses trois dernières sorties en saison régulière, le club termine au sommet du classement grâce à une fiche de 42 victoires, 22 revers et 10 matchs nuls.

Jean Béliveau occupe la première position du tableau des marqueurs avec une récolte de 68 points, dont 31 buts. Claude Provost est le premier récipiendaire du trophée Bill-Masterton remis au joueur de la ligue ayant démontré le plus de persévérance et d’esprit d’équipe.

LES SÉRIES ÉLIMINATOIRES

Fort de son titre de champion de la saison régulière, le Tricolore amorce les séries avec confiance et se mesure aux Bruins de Boston en ronde éliminatoire pour la première fois depuis la finale de la coupe Stanley de 1957-1958 remportée par les Canadiens.

En saison régulière, la troupe de Toe Blake a maintenu une fiche de 5 victoires et 5 défaites face à leurs rivaux de Boston. Ces 5 revers sont les seuls de l’année pour l’équipe face aux Bruins puisqu’elle liquide la série en les balayant en quatre matchs consécutifs.

En demi-finale, les Canadiens retrouvent les Blackhawks de Chicago qui ont vaincu les Rangers de New York dans l’autre quart de finale.

Le Tricolore continue sur sa lancée et remporte trois autres victoires, dont le premier match au pointage de 9 à 2, pour acculer les Hawks au pied du mur. Chicago résiste lors du quatrième affrontement et l’emporte 2 à 1. Montréal met toutefois fin à leurs espoirs lors de la partie suivante alors que Jacques Lemaire inscrit le but victorieux en prolongation dans un gain de 4 à 3.

Dans l’autre demi-finale, l’équipe d’expansion des Blues de St-Louis, dirigée par Scotty Bowman, atteint la finale de la coupe Stanley à sa 1re saison dans le circuit après avoir éliminé Philadelphie et Minnesota. Ce sont les seuls moments de réjouissance des Blues cette saison-là car les Canadiens balaient la finale en quatre matchs pour mettre la main sur la 15e coupe Stanley de leur histoire.

Le nombre de matchs n’est toutefois pas représentatif de l’allure de la série, chaudement disputée, chaque rencontre se terminant par un écart d’un seul but. Yvan Cournoyer, Serge Savard, Bobby Rousseau, en temps supplémentaire, et Jean-Claude Tremblay ont tour à tour inscrit les buts victorieux.

Cette huitième coupe Stanley se veut la dernière de Toe Blake derrière le banc du Tricolore, lui qui tire sa révérence après 13 saisons.

Parcours en séries
Quart-de-finale - Bruins de Boston
Date ÉTRANGER   DOMICILE  
4 avril 1968 BOS 1 MTL 2  
6 avril 1968 BOS 3 MTL 5  
9 avril 1968 MTL 5 BOS 2  
11 avril 1968 MTL 3 BOS 2  
Les Canadiens remportent la série quatre-de-sept 4-0
Demi-finale - Blackhawks de Chicago
Date ÉTRANGER   DOMICILE  
18 avril 1968 CHI 2 MTL 9  
20 avril 1968 CHI 1 MTL 4  
23 avril 1968 MTL 4 CHI 2  
25 avril 1968 MTL 1 CHI 2  
28 avril 1968 CHI 3 MTL 4  
Les Canadiens remportent la série quatre-de-sept 4-1
Finale de la coupe Stanley - Blues de St-Louis
Date ÉTRANGER   DOMICILE  
5 mai 1968 MTL 3 STL 2  
7 mai 1968 MTL 1 STL 0  
9 mai 1968 STL 3 MTL 4  
11 mai 1968 STL 2 MTL 3  
Les Canadiens remportent la série quatre-de-sept 4-0